L'escalade, vers une tendance qui grimpe

Elian Écrit par Elian

Pendant longtemps, l’escalade a été considérée comme un sport réservé aux initiés. Elitiste, un peu underground, extrême mais attirante, définissant un mode de vie un peu particulier, quasi marginal, la discipline était admirée par tous mais finalement peu pratiquée. Mais ça c’était avant…

L’escalade en pleine ascension 

Aujourd’hui, l’escalade a poussé les murs, atteint les sommets, muri pour finalement se faire une belle place au milieu des autres sports. On peut même considérer que l’escalade est devenue Le sport tendance de ces dernières années dans l’hexagone. Autant pratiquée par les hommes que les femmes, ce sport continue de repousser les limites du possible avec des niveaux de difficultés sans cesse dépassés. Le dernier exemple en date a été réalisé il y’a deux semaines par la jeune américaine Margo Hayes qui a été la première femme à grimpé un 9a+ en extérieur, précisément la Rambla en Espagne. Cet exploit unique est impressionnant par la difficulté que cela représente mais également par le fait qu’il renforce la définition même de ce sport. En effet, cet exploit confirme l’idée que c’est l’un des seuls sports au monde ou les femmes ont le même niveau de pratique que les hommes.

Actuellement, l’escalade est en pleine ascension, récemment inscrite comme nouvelle discipline pour les jeux olympiques de 2020, la pratique se démocratise. 1 000 clubs ont déjàs vu le jour en France et le mouvement s'accélère. En dix ans, le nombre de licenciés a quasiment doublé : de 57 000 en 2005, le nombre de passionnés est passé à 97 000 en 2016, grâce à de nouveaux concepts de pratique : des blocs, des petits rochers, des murs beaucoup moins hauts. On grimpe sans corde, même les débutants peuvent s’éclater.

Le bloc, gonflé à bloc ! 

Selon le magazine Outdoor expert N° 181 d’octobre 2016 : « les 2 tendances actuelles de l’escalade sont le bloc venant de fontainebleau et l’indoor qui se développe avec l’essor des salles privées. Et quand les deux éléments sont réunis, cela provoque une explosion des salles de blocs ».

Toujours selon Outdoor Expert, Si le bloc rencontre un franc succès ces dernières années c’est qu’il lève tous les freins inhérents à l’escalade en voie, que sont la hauteur, le risque, l’apprentissage des techniques de cordes, Les équipements nombreux et onéreux ou encore la nécessité d’avoir un partenaire…Pour ne garder au final que l’essence même de la grimpe : la gestuelle. 

Le bloc en plein essor mais pour quelles raisons ?

La réponse à cette question vient en grande partie du fait que le plaisir de cette pratique réside dans la lecture rapide des prises, dans la recherche de la solution à plusieurs, dans la répétition des mouvements, dans le partage, la convivialité... Pas de perte de temps avec le matériel, pas de long moment de solitude sur une voie, pas de stress envers sont partenaires… Le bloc est selon les avis, plus simple donc plus fun. 

C’est comme un jeu, à savoir à qui réussira le premier à passer ce bloc, qui aura le plus de style, quel nouveau parcours va-t-on créer… Bref le bloc « dépoussière » l’escalade et rends la pratique accessible à tous.


De nouveaux concepts de salles indoor

De ce fait? de nombreuses salles de blocs ont vu le jour ces dernières années, un peu partout en France et plus particulièrement des réseaux intégrés ou franchisés. On compte environ 70 salles privées de grimpe en France et une vingtaine de nouvelles salles majoritairement dédiées au bloc sont en projet de construction pour 2017-2018. Véritables lieux voués au sport et au bien-être, les salles proposent de plus en plus le concept de : bloc – fitness – restauration avec, des espaces de spa bien-être, des salles de musculation, des espaces dédiés au yoga et des coins restauration/bar. L’objectif étant de capter une clientèle de grimpeurs mais également de néophytes. 

C’est ainsi qu’il n’est pas rare de trouver dans les salles, des grimpeurs chevronnés côtoyant des personnes venant la pour de la remise en forme et pratiquant l’escalade comme solution au bien être ou, remède contre la méforme, à vous de choisir ! 

L’escalade pour tout le monde ? Oui, mais…

Avec ces nouveaux concepts de salles, ces nouveaux profils de pratiquants, on pourrait considérer que l’escalade perd un peu en authenticité et en valeur. Pour un puriste, la salle d’escalade est un recours que lorsque que les conditions extérieures sont trop dégueulasses pour mettre un pied dehors. La véritable essence de la grimpe se trouve sur les falaises en calcaires des calanques de Marseille ou sur les blocs du bois de Païolive pas chez Altissimo !

De ce fait, croiser en salle un néo-grimpeur, forcément torse-nu et gonflé par la muscu intensive, enchainant des blocs dans le 8 mais n’ayant jamais pratiqué l’escalade en extérieure peut paraitre surprenant voir un peu énervant pour un fan de Patrick Edlinger. Encore plus si cette personne ose vous donner des conseils sur la manière de passer le bloc… En poussant un peu plus loin l’analyse et en caricaturant encore plus, on peut imaginer une scène suivante : de nouvelles générations de grimpeurs citadins portés sur le culturisme se mettant à côtoyer dans les mêmes salles, des vieux grimpeurs, Cafistes depuis 30 ans et un peu bourrus… Imaginez le choc des cultures !

Enfin après tout, l’escalade n’est propriété de personne et chacun est libre de la pratiquer comme il le souhaite, du moment où la sécurité n’est pas mise en jeu.Et puis, comme dirait Alex Lowe : "Le meilleur grimpeur du monde, c'est celui qui prend le plus de plaisir.

Pour conclure, si je peux me permettre, l’escalade en salle, c’est très sympa mais rien ne vaut un bon trip grimpe entre potes en Ardèche...