La fameuse course cyclo l’Ardéchoise aura lieu du 15 au 18 Juin 2016. Découvrez la genèse de cette course mythique et comment son président, Gérard Mistler, en est venu à se jeter dans cette incroyable aventure.

  De la naissance d'une passion...

  Le premier souvenir du président de l’Ardéchoise remonte au noël de ses 3 ans. Sous le sapin se trouve un tricycle qu’il chevauche aussitôt pour tourner autour du pétrin du fournil de la boulangerie familiale située à Fréland dans les Vosges alsaciennes. C’est à partir de 6 ans qu'avec un vélo un peu plus grand, il organise avec ses amis des courses autour de l'église du village. 

  Plus tard, il décide de continuer ses études mais à l’époque, celles-ci n’étant pas obligatoires, aucun bus ne dessert sa ville. C’est donc à vélo qu’il parcourt le lundi et le vendredi les 20 km qui le sépare de sa classe de 6ème. 

  Bien que son souhait soit d’entrer dans un club de cyclisme, ses parents refusent. Malgré tout, le vélo continue d’être présent dans tous les moments importants de sa vie puisqu’à 16 ans, alors qu’il se donne pour défi d’escalader 12 fois le Haut-Koenigsbourg dans le Haut-Rhin, il rencontre la future mère de ses enfants. Celle-ci habite à Nice et pour la suivre il effectue plus de 1000 km en vélo en franchissant les grands cols alpins. Un an plus tard, en 1967, il se met au défi de réussir un tour de France complet sans transfert. C’est avec ses sacoches et sa tente de camping qu’il avale 4000km en 20 jours. 

  Plus tard il rentre dans l’enseignement et est muté par l’académie de Grenoble à Annonay. L’Ardèche est pour lui une révélation qui lui rappelle le massif des Vosges de son enfance car il y retrouve les sapins et les myrtilles. Il achète une ruine dans un village au doux nom de Saint-Félicien et pendant six ans inculque à ses élèves la passion du vélo.  Lui, il continue d’arpenter les routes jusqu’à parcourir pour la première fois, à la fin des années 80, le tracé qui deviendra celui de l’Ardéchoise. 

  ...à sa concrêtisation...

  L’idée de créer la course s’impose petit à petit à Gérard Mistler. A l’aide de bénévoles il commence les démarches, tandis qu’en parallèle il organise le tour du canton de Saint Félicien. Pendant deux ans il annonce durant celui-ci, l’Ardéchoise, afin de la faire connaître. Il se rend aussi sur des épreuves cyclistes de masse pour en faire la promotion avec des dépliants. En 1992 la course est créée par le président et 3 de ses amis cyclistes : elle rassemblera dès sa première édition 1231 participants qui auront la surprise de concourir sous la neige le samedi.

   Gérard comprend qu’il ne s’est pas trompé en choisissant l’Ardèche quand il voit l’accueil fait aux cyclistes par les bénévoles. Ces derniers ne cessent de donner une ambiance particulièrement humaine et conviviale à l’évènement. Pour les remercier, le comité les invite tous, chaque année, à une fête spéciale pour célébrer leur gentillesse et leur engagement. Avec plus de 8000 bénévoles cette année, c’est toute une organisation !

   

  La course l’Ardéchoise se prépare environ deux ans à l’avance. La date de programmation a été longuement réfléchie. En effet, elle tombe à un moment où les cyclistes sont au meilleur de leur forme et où les jours sont les plus longs. Cela permet des départs tôt le matin et des arrivés tardives. A présent c’est plus de 15000 cyclistes qui participent chaque année : un nombre inimaginable en 1992.  Progressivement des emplois se sont créés et aujourd’hui c’est 9 salariés qui travaillent sur la course à l’année. Une maison en ruine a elle aussi été achetée grâce à différents moyens de financement dont les dons : celle-ci est destinée à la presse et à l’Ardéchoise tout au long de l’année.   

   C’est cette volonté de toujours aller de l’avant et de toujours s’améliorer qui a conduit à la création des parcours tourismes, santés ou jeunes.  Ce dernier tient une place particulière dans le coeur de Gérard, au regard de sa propre expérience de professeur et des sorties de fin d’année organisées à l’époque. C’est pour lui un moyen pédagogique d’apprendre aux plus jeunes le goût de l’effort, la résistance, la volonté… Un bel enseignement qui durera le temps d’une vie.

   Pour l’année prochaine de nouveaux parcours sont en préparation… en dehors de l’Ardèche ! Dans un soucis de renouveau et pour ne jamais lasser les anciens de la course, c’est en Auvergne, en Haute-Loire et même dans le Gard que vont s’aventurer les futurs participants. Gérard nous promet de beaux paysages puisqu’il effectue lui-même en vélo tous les tracés qu’il propose !


   Enfin quand on demande à Gérard un de ses meilleurs souvenirs de la course c’est une rencontre qui lui vient sans hésitation à l’esprit. Celle de l’arrivée de Robert Marchant qui, à 98 ans, effectuait le grand tracé sans jamais se plaindre. Un homme qu’il qualifie “d’extraordinaire” par sa volonté, sa présence et sa joie de vivre à toute épreuve.


   Le petit conseil FaceSud : Si vous souhaitez devenir bénévole, il suffit de rentrer en contact avec la mairie de votre village qui saura vous aiguiller vers la personne chargée du bénévolat de l’Ardéchoise dans ce secteur. Des réunions sont organisées chaque semaine afin de préparer les costumes, la décoration et l’accueil des cyclistes.


  Pour tous ceux qui souhaiteraient suivre les routes qu'empreinte l’Ardéchoise tout au long de l’année, le site Monardechoise vous propose des parcours adaptés à votre niveau et à vos envies.


   Un grand remerciement à Gerard Mistler pour le temps qu’il a pu nous accorder et la gentillesse dont il a fait preuve.



gerard, mistler, ardechoise, course, vélo, cyclisme, cycliste, ardeche, parcours, st-félicien, interview, rencontre, president