Nicolas Peschier à Face Sud
Le champion de canoë originaire de Vallon Pont d'Arc nous a accordé une petite interview entre deux stages d'entrainement. Découvrez cet athlète de l'équipe de France aussi performant que sympathique.

Le bonhomme :

Discipline : Canoë Slalom Mono et Biplace (C1 et C2)

Âge : 29 ans 

Taille : 171 cm

Poids : 78 kg

Palmarès (principaux titres) : 

2013 : Médaille d'or aux

Championnats d'Europe de canoë-kayak slalom (C2 avec Pierre Labarelle)

2012 : Vainqueur du Classement de la Coupe du Monde (C2)

2011 : Médaille d'or aux Championnats d'Europe de canoë-kayak slalom (C1 par équipe)

2009 : Médaille d'or aux Championnats du Monde de canoë-kayak slalom (C1 par équipe)


L'entrevue :

"Né dans le bassin"' Nicolas est le fils d'un champion du monde de Canoë-Kayak slalom et frère de Benoît Peschier Médaille d'Or aux jeux olympiques d'Athènes. Très vite une passion nait en lui et il met ses premiers coups de pagaie en compétition dès 6 ans. A 10 ans changement de cap, il découvre l'escalade et se met à grimper régulièrement (il a atteint un niveau 7a-7b). Malheureusement il prend une fâcheuse décision : il revient à ses premiers amours et se décide à se mettre définitivement au canoë de compétition. Espoir français dès ses débuts il intègre l'équipe de France en 1999 pour ne plus la quitter jusqu'à aujourd'hui.

En 2002, il part s'entraîner à Pau fief des plus grands céiste (pratiquant de canoë) de France, puis Toulouse, et fait même un intermède en Afrique du Sud où il crée un club de canoë-kayak dans un township.

Après un échec aux jeux olympiques d'Athènes en 2004, il décide en 2006 de changer sa façon de s'entraîner basée sur le travail d'équipe avec des athlètes étrangers. C'est comme cela que Nicolas part tous les hivers pour s'entraîner dans des pays comme l'Afrique du Sud, la Chine et prochainement l'Australie. Ouvert sur le monde et passionné de photographie, il voit aussi le sport et les pays qu'il sillonne au travers de son objectif.

Actuellement à l'apogée de sa carrière, nous lui avons posé la question de sa reconversion.

Il nous explique qu'il verra "selon les opportunités". Moniteur de Canoë-Kayak, il envisage d'entraîner à l'étranger. Mais il n'est pas forcément figé sur le canoë-kayak, il sait qu'il peut avoir des possibilités au niveau de la photographie.


Et le canyoning ?

Nicolas a déjà essayé étant jeune mais étonnamment il nous avoue être très à l'aise dans une embarcation, beaucoup moins sans. Nous nous ferons donc un plaisir de lui faire découvrir les perles de la région lorsque son emploi du temps lui permettra, à bon entendeur...


Le petit conseil du pro :

Être vigilant car même sur l'Ardèche ou il y a peut d'eau, Nicolas nous dit "L'Ardèche, c'est pas une baignoire, on peut se faire peur même avec 20 cm d'eau en kayak". Il insiste donc sur le rôle primordial du gilet de sauvetage.

Pour lui le rapide le plus "taquin" de l'Ardèche est la Pastière.


Son spot en Ardèche :

La portion Aubenas - Voguë lorsqu'il y a beaucoup d'eau : "c'est le pied". A ne pas mettre entre n'importe quelles pagaies.


Nous remercions chaleureusement Nico de nous avoir consacrer ces quelques minutes, toujours aussi sympathique et disponible. Nous lui souhaitons plein de succès pour les compétitions à venir.